Cowblog - Derniers articles publiéshttp://www.cowblog.fr/index.phpCowblogfrTue, 24 Jan 2017 22:21:21 +0100600Les petites bulles de l'attentionJean-Philippe LACHAUX était aujourd'hui l'invité du MAGASINE DE LA SANTE de la 5 présenté par Hélène Carrère d'Encausse, Benoît Thévenet et Michel Cymes.

J.-P. Lachaux est directeur de recherches à l'INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche) ; il travaille également au Centre de Neurosciences de Lyon. Ses recherches concernent les mécanismes neuronaux de l'attention et de la concentration.

http://hyperactifs-tdah.cowblog.fr/images/bullesattentionlachaux.jpg Après "Le cerveau attentif", ce neuro-scientifique vient de publier "Les petites bulles de l'attention - Se concentrer dans un monde de distractions", publié chez Odile Jacob. A l'heure où se concentrer devient de plus en plus difficile au milieu de sollicitation hyper rapides et morcellées, J.-P. Lachaux dévoile, en bon vulgarisateur, les arcanes du fonctionnement cérébral touchant à la concentration. 

L'ouvrage, qui s'adresse aussi bien aux jeunes qu'aux adultes, comporte des illustrations permettant aux premiers de mieux comprendre ; il explique clairement les mécanismes de l'attention et donne des indication pour arriver à une meilleure concentration (sans médicaments).

L'auteur est le coordinateur d'un projet lancé en 2014, le projet ATOL (ATtentif à l'écOLe), qui doit permettre aux enseignants de classes pré-collège d'avoir un ensemble d'outils pour aider les élèves à mieux se concentrer. Il s'agit de mettre en place des ateliers en milieu scolaire d'apprentissage de l'attention.

]]>
Tue, 24 Jan 2017 14:56:00 +0100http://hyperactifs-tdah.cowblog.fr/les-petites-bulles-de-l-attention-3277668.html
La drogue à l'universitéDans le magasine suisse LA LIBERTE du 17 janvier 2017, la journaliste Johanna Pasquier nous fait part d'un phénomène troublant sur l'utilisation de drogues par les étudiants, notamment en période d'examens. Les drogues utilisées vont du café aux vitamines, mais sont parfois des drogues dures comme la cocaïne, la kétamine ou la Ritaline (cette dernière étant licite lorsqu'elle est prescrite).

L'article s'intitule : SUBSTANCES SUR LE CAMPUS

Lien : http://www.laliberte.ch/news/magazine/page-jeunes/substances-sur-le-campus-376976#.WIcpIPnhC70


]]>
Tue, 24 Jan 2017 11:33:00 +0100http://hyperactifs-tdah.cowblog.fr/la-drogue-a-l-universite-3277667.html
POEME la splendeur du temps (2012)
La splendeur du temps  (2012)

C'est un jour éblouit
par la splendeur du temps
un jour, tout épanouit
en habits élégants

c'est un jour, sans la pluie
un jour décontracté
où, le soleil sourit
dans le ciel dégagé

c'est un jour, au ciel bleu
dans la splendeur du temps
juste un jour, bienheureux
dans l'horizon charmant

c'est un jour, en splendeur
d'un bon temps où , l'écrit
a ses rimes, en douceur
ses quatrains, de la vie

c'est la splendeur du temps
où, rayonne ce jour
d'un rendez vous gourmand
où, des yeux se savourent

c'est un jour, doux regard
l'amoureuse éclaircie
dans la splendeur d'un soir
où, le soleil rougit

(déposé à la Sacem)


http://autresrimes.cowblog.fr/images/cieleclaircie.jpg


]]>
Tue, 24 Jan 2017 10:16:00 +0100http://autresrimes.cowblog.fr/poeme-la-splendeur-du-temps-2012-3277666.html
Brest - Vladivostok http://hikikomori.cowblog.fr/images/1374806890464.jpg

Bonsoir ma mignonne, vous habitez toujours chez vos parents ?

Plus pour longtemps mon mignon, je vois à vos rebondies fesses que vous êtes physiquement prêt pour un long voyage. Faites-moi rêver, où allons nous?

Vladivostok.

Pourquoi ce lieu ?

Pour voir si les gens là-bas rêvent de Brest, parfois.


]]>
Tue, 24 Jan 2017 03:30:00 +0100http://hikikomori.cowblog.fr/brest-vladivostok-3277665.html
.Je t'ai pas dit, j'ai été tiré au sort pour l'OCC. 
La question n'est plus vraiment de savoir si je serai prêt à temps. 
Il n'y a plus de questions pour ce genre de choses d'ailleurs. 
Je dois courir conte le temps, parce qu'il ne fait pas qu'efffacer les blessures. Je dois courir contre les morts, contre les maladies, contre les dégénérescences, contre tout ce qui te tombe dessus sans prévenir et qui te détruit. 
J'ai une course contre la vie. 
Je suis trop faible pour lutter contre les malheurs, bien trop faible. J'ai peur. Alors je cours avant qu'ils m'avalent. 


]]>
Mon, 23 Jan 2017 23:52:00 +0100http://vivre.sa.vie.cowblog.fr/article-3277664.html
petite théoriePour se remettre de la perte d'un garçon,
rien de tel que se consoler dans les bras d'un autre garçon


Des réactions ?
Je ramasse les copies dans 2 heures :p]]>
Mon, 23 Jan 2017 09:22:00 +0100http://shinytear.cowblog.fr/petite-theorie-3277662.html
La fille du train, Paula Hawkins








Titre
: La fille du train
Auteur: Paula Hawkins
Genre: Thriller









Quatrième de couverture: Entre la banlieue où elle habite et Londres, Rachel prend le train deux fois par jour : à 8 h 04 le matin, à 17 h 56 le soir. Et chaque jour elle observe, lors d'un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants : Jason et Jess. Un couple qu'elle imagine parfait. Heureux, comme Rachel et son mari ont pu l'être par le passé, avant qu'il ne la trompe, avant qu'il ne la quitte. 
Jusqu'à ce matin où Rachel voit Jess dans son jardin avec un autre homme que Jason. La jeune femme aurait-elle une liaison ? Bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, Rachel décide d'en savoir plus. Quelques jours plus tard, elle découvre avec stupeur la photo d'un visage désormais familier à la Une des journaux : Jess a mystérieusement disparu... 
 
Mon avis: J'ai lu ce livre en LC avec ma chère Claire et mon copinaute White. J'adore les LC et avec mes deux compères réunis, c'était super chouette. Même si... à l'heure où j'écris cette chronique, Claire n'a toujours pas commencé le livre ! :p

Rachel prend le train deux fois par jour et en bonne voyeuse qu'elle est, elle observe cette maison habitée par un couple modèle. C'est du moins ce qu'elle croit. Mais bientôt, la voilà bien plus proche d'eux qu'elle ne l'aurait voulu...

Les chapitres alternent entre les trois voix des trois femmes du roman. Trois femmes, trois personnalités, trois regards et trois vies différentes. Mais leurs liens sont très étroits. J'ai eu peur de m'y perdre mais cela rend le récit très intéressant. Les personnalités se révèlent au fur et à mesure. Au début, tout est calme, tout est beau et puis au fil du récit, les bizarreries ressortent et le tempérament  de chacune s'affine. Nos pronostics vont bon train et on aime douter, se méfier, voir se transformer notre jugement et voir émerger la noirceur des personnages auxquels on s'est finalement attaché par leur bienveillance du début.

Le récit va très vite. Pas forcément beaucoup d'actions mais de la psychologie, de la manipulation et des petites révélations disséminées ça et là qui tiennent le lecteur en haleine et en suspens jusqu'à la toute fin. De quoi être largement incité à tourner les pages et maintenir notre attention.

Comme dans tous thrillers, on se méfie de tous. Je tirais mes conclusions et puis les choses se sont accélérées, ont pris un tournant inattendu et oui, j'ai réussi à me faire surprendre.

Il y a quelques détails exagérés qui m'ont un peu chagrinée mais sans plus. Pas de quoi me gâcher la lecture. J'ai passé un bon moment de lecture avec ce thriller divertissant, bien construit et fait de belles surprises.

J'aime voir la transformation des personnages. Les anges devenir démons. Le bonheur n'est qu'une apparence. Les gens ne montrent que ce qu'ils veulent. Et derrière chaque foyer se cache des secrets effroyables.
 
Prochaine lecture: Miss Peregrine et les enfants particuliers - Tome 1, Ransom Riggs
]]>
Sun, 22 Jan 2017 20:46:00 +0100http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/la-fille-du-train-paula-hawkins-3277660.html
La boucle Sud autour de Salta: Cafayate et CachiLes deux seules routes menant vers le nord de Salta étant toujours bloquées, nous n’avons nul autre choix que de commencer notre road trip vers le Sud.
 
 
Après avoir récupéré notre voiture de location, nous empruntons la route 68 menant au village de Cafayate. Cette dernière traverse les paysages exceptionnels de la Quebrada de las Conchas également appelée Quebrada de Cafayate. L’intérêt de celle-ci est la succession de formations rocheuses étranges et surprenantes nées de l’érosion. Plus on s’enfonce dans la Quebrada, plus le paysage se transforme en une sorte de vallée
http://matmonde.cowblog.fr/images/articles2017/tmp313361576578402.jpg
 de la mort digne des plus grands westerns. Le long de la route, les nombreux panneaux nous indiquent les sites à ne pas louper.
 
 
 On commence l’émerveillement par les formations géologiques de la Garganta del Diablo, et, quelques centaines de mètres plus loin, d’El Amfiteatro. Des couloirs creusés dans la pierre permettent de pénétrer et d’admirer la roche déformée par les mouvements tectoniques, leur donnant d’extraordinaires apparences. Ça me rappelle un peu le site de Petra en Jordanie, 
http://matmonde.cowblog.fr/images/articles2017/tmp31336442297978.jpg
mais, bien entendu,avec un côté beaucoup moins spectaculaire, et sans les monuments taillés par l’homme dans la roche.
 
 
On découvre ensuite El Sapo, une sculpture par le vent représentant un crapaud, El Fraile, une roche en forme de moine mais difficilement identifiable, El Obelisco, un joli monolithe naturel dressé vers le ciel, puis Las ventanas, un gigantesque mur de pierre de couleur rougeâtre transpercé de grands trous
http://matmonde.cowblog.fr/images/articles2017/tmp313361286393685.jpg
 faisant penser à des fenêtres, et enfin, los castillos, d’impressionnantes citadelles de pierre posées sur le lit du Rio de las Conchas. Les curiosités naturelles se terminent avec Los Medanos, un vaste champ de dunes qui borde le canyon. Un sentier semblait s’enfoncer pour découvrir les lieux, mais ne sachant pas la longueur du parcours, et avec la chaleur tonitruante ainsi que le manque de sommeil de la nuit précédente, on a préféré arrêter rapidement l’aventure et 
http://matmonde.cowblog.fr/images/articles2017/tmp31336587270073.jpg
rebrousser chemin vers la voiture. 
 
 
Quelques kilomètres plus loin, on arrive au village de Cafayate que l’on traverse rapidement pour se rendre à 60 kilomètres plus au sud pour découvrir les ruines de Quilmes. Le site daterait du 9ème siècle et serait dressé par les indiens de Quilmes qui appartenaient au groupe linguistique et culturel des Diaguitas. Ce peuple avait la réputation d’être de féroces guerriers. Ils 
http://matmonde.cowblog.fr/images/articles2017/tmp313362109430455.jpg
survécurent au contact avec les incas dans les années 1480. Puis ils résistèrent aux conquistadors espagnols pendant 130 ans de lutte acharnée avant de succomber. Vaincus en 1667, les européens déportèrent les 2000 indiens survivants vers Buenos Aires pour participer à la construction de la ville. Aujourd'hui, ce peuple ne compte plus aucun descendant, victime des mauvais traitements et de l’enfermement, insupportable pour des guerriers. Une excellente bière porte ce nom rendant un hommage douteux à ces braves indiens. Le site en lui-même peut paraître décevant au premier abord, à l’exception de la 
http://matmonde.cowblog.fr/images/articles2017/tmp313361783790609.jpg
présence d’une multitude de gigantesques cactus. Mais, en grimpant un peu et en prenant de la hauteur, une vue d’ensemble nous permet d'apprécier les lieux et de mieux comprendre la configuration des ruines. Leur ville fortifiée a été construite en terrasse, accrochée à la montagne et de manière à pouvoir prévenir de toute attaque éventuelle venue de la plaine. Le site a été partiellement restauré. Les fondations des maisons ont été remontées ce qui nous permet de visualiser la structure labyrinthique et l’immensité de la cité indienne qui compta 5000 âmes sur une trentaine d’hectares. Cependant, ce qui est 
http://matmonde.cowblog.fr/images/articles2017/tmp31336487719869.jpg
dommage, c’est que l’on a vu aucune explication de la vie de ces indiens, et on aurait aimé une reconstitution complète d’au moins une habitation.
 
 
Après cette excursion historique, nous revenons sur nos pas, vers cafayate. Perché à 1600 mètres d’altitude, ce village est entouré de vignes, parmi les plus hautes du monde. Ce qui est rigolo, c’est la présence de quelques cactus dans certaines exploitations. Ça nous rappelle que l’on est bien en Amérique du 
http://matmonde.cowblog.fr/images/articles2017/tmp313361854449585.jpg
Sud. Cafayate est réputée pour son torrontés, un cépage produisant un vin blanc sec aromatique. Cependant, les bodegas des alentours proposent d’excellents vins rouges, à partir de cabernet sauvageonne, de malbec et de tannat. Outre le vin, le charme rural de la bourgade ne fait aucun doute avec son architecture de style espagnol planté dans un magnifique décor montagneux. Le lendemain, avec deux guides, on part découvrir le Rio Colorado, une rivière serpentant dans un joli canyon parsemé de quelques cactus. Nos deux accompagnateurs étaient surpris de me voir crapahuter sur les 
http://matmonde.cowblog.fr/images/articles2017/tmp313361846588960.jpg
pierres, traverser les rivières en claquettes! Surtout sur le chemin à l’aller, ils me regardaient, me montraient du doigt mes pieds et me demandaient si ça allait. ‘ils sont fous ces français’, à même pretextait un des guides. C'est difficile d’expliquer que l’on est calédonien. Je ne sais pas si ils ont compris au final. La balade se conclut par la cascade de la virgen, belle, mais pas exceptionnelle et encore moins incontournable. Ces 5 heures de marche se sont avérées être chronophage et nous ont empêché au final de visiter une bodega
http://matmonde.cowblog.fr/images/articles2017/tmp31336809009842.jpg
 (vignoble local) car nous devons reprendre la voiture pour nous diriger vers le nord ouest en direction de Cachi. 
 
 
160 kilomètres de route en terre (4 heures) nous attendent pour atteindre le village désiré. On commence par traverser plusieurs petites zones d’habitations extrêmement poussiéreuses avant de passer par les paysages incroyables de Las Flechas. Ces nombreux pics rocheux ont la particularité de se dresser droits 
http://matmonde.cowblog.fr/images/articles2017/tmp31336411925462.jpg
vers le ciel, sculptés et aiguisés par le vent faisant penser à d’immenses pointes de flèches préhistoriques sorties de terre. C’est vraiment impressionnant ! Je n’avais jamais rien vu de tel.
 
 
La route caillouteuse, mais très belle, se poursuit et traverse différents petits villages perdus au milieu d’oasis comme celui d’Angastaco ou encore Molinos où le temps semble s’y être suspendu. Des vignes sorties de nulle part nous surprennent, par moments, dans des paysages arides.
 
 
http://matmonde.cowblog.fr/images/articles2017/tmp313361734315255.jpg
Nous arrivons enfin à Cachi, une jolie petite bourgade au nord ouest de Cafayate et au sud ouest de Salta, nichée au coeur d’un beau panorama à près de 2300 mètres d’altitude. Dominée par la majestueuse montagne du Nevado de Cachi dont les cimes dépassent les 6000 mètres, elle permet à ses habitants de profiter du bon air des hauteurs, de journées ensoleillées et de nuits plus fraîches. D’ailleurs, les locaux aiment à dire qu’on ne meure que de vieillesse ici, tant le climat est vivifiant. Du fait de son isolement, le village a gardé de son authenticité. Ses rues pittoresques et pavées, ses maisons blanchies à la chaux, ses habitants accueillants, ses vendeurs de succulents tortillas 
http://matmonde.cowblog.fr/images/articles2017/tmp313361751289613.jpg
(une sorte de pâte à pizza renfermant du fromage de chèvre de la région et du jambon, cuite sur un barbecue de feu de bois ) apportent un cachet indéniable à Cachi. Le rythme de vie dépaysant est propice à une halte paisible pour une bonne nuit de repos.
 
 
La suite de nos aventures se dirigera vers la partie nord de Salta si l’ouverture des routes le permet.
]]>
Sun, 22 Jan 2017 11:46:00 +0100http://matmonde.cowblog.fr/la-boucle-sud-autour-de-salta-cafayate-et-cachi-3277657.html
...http://hikikomori.cowblog.fr/images/Sanstitre-copie-2.png  

~~Every minute from this minute now
We can do what we like anywhere
~~


http://hikikomori.cowblog.fr/images/gfhgd.png

]]>
Sun, 22 Jan 2017 03:51:00 +0100http://hikikomori.cowblog.fr/article-3277656.html
Hope Sandoval (folk,jazz---)
HOPE SANDOVAL

Chanteuse américaine née à los Angeles en 1966.

Hope Sandoval s'accompagne à la guitare et au piano,
elle joue aussi de l'harmonica et percussions

Diverses rencontres musicales avec
(the Jesus and Mary Chain ,the cheminal brothers,
Death in Vegas,Bert Jansch,Massive Attack,Kurt Vile ---)

En quelques dates

 1986
Au lycée ,elle joue en duo avec une autre lycéenne
dans le groupe 'going home'

1988
Avec le guitariste David Roback ,création du groupe Mazzy star
les dates activités du groupe " 1988-1997 / 2000  / 2011 --- "

2000 à (---)
Hope Sandoval and the warm inventions

Discographie

avec ' MAZZY STAR '
She hangs brigthly (1990)
So tonight that I might see (1993)
Among my swan (1996)
season of your day (2013)

avec ' Hope Sandoval and warm inventions '
Bavarian fruit bread (2001)
Through the devil softy (2009)
Until the hunter (2016)


ci-dessous des liens pour écouter ses albums

" 3 liens Hope sandoval and the warm inventions "

musicmp3.ru/artist_hope-sandoval-and-the-warm-inventions.html

www.musicme.com/#/Hope-Sandoval/videos/

www.deezer.com/artist/363351

" 3 liens avec Mazzy star "

musicmp3.ru/artist_mazzy%2Dstar.html

www.musicme.com/#/Mazzy-Star/videos/

www.deezer.com/artist/1306


Bonne découverte


http://jazz.cowblog.fr/images/jazz-copie-1.jpg


]]>
Sat, 21 Jan 2017 10:46:00 +0100http://jazz.cowblog.fr/hope-sandoval-folk-jazz-3277655.html
Salta la belle : point de départ pour un road trip dans le nord ouest argentin Après plusieurs heures d’avion et une escale à Córdoba, nous voilà aux confins de l’Argentine, dans le nord ouest du pays, entre les frontières du Chili et de la Bolivie. La région, bien que située sur une tranche de la cordillère des andes, possède des paysages bien différents de la Patagonie mais tout aussi époustouflants. Montagnes arides et multicolores, plaines couvertes de cactus, désert de terre rouge, et parfois même, vallées verdoyantes et fertiles. A cela, il faut rajouter le dépaysement culturel typique des andes avec ses communautés indiennes parlant le quechua ou l’aymara et leur artisanat traditionnel.http://matmonde.cowblog.fr/images/articles2017/tmp3011821613084.jpg Un beau road trip d’une douzaine de jours en perspective! 
 
 
Nos deux avions successifs nous dépose, au final, à l’aéroport de Salta. Ici encore, une météo capricieuse nous a surpris. Outre la température très élevé ( plus de 30°) et un climat humide, c’est la pluie causant des inondations et des glissements de terrain exceptionnels ensevelissant littéralement un village entier qui 
http://matmonde.cowblog.fr/images/articles2017/tmp3011746750562.jpg
vient fortement perturber notre programme. Nous devions parcourir les routes menant vers le nord en premier, mais, au centre d’information de l’aéroport, on nous prévient que celle par laquelle on devait passer est bloquée depuis 6 jours, et, avec les pluies de la journée, les chances pour qu’elle réouvre rapidement sont minces. Une première désillusion ! En réfléchissant un peu, on réussit toutefois à réorganiser notre périple sans grand chamboulement en empruntant l’autre route menant vers
http://matmonde.cowblog.fr/images/articles2017/tmp30111980620571.jpg
 le nord.
 
 
Nous arrivons donc à notre auberge dans la ville de Salta assez fatigués avec cette longue journée entre vols, attente aux aéroports et la déception finale. 
 
 
Le lendemain matin, notre première préoccupation était de se rendre aux informations touristiques du centre ville afin d’obtenir de nouvelles informations sur la route. Et là, nouvelle désillusion! Non seulement, la route principale menant vers le nord est 
http://matmonde.cowblog.fr/images/articles2017/tmp3011480499713.jpg
toujours bloquée, mais en plus, vient de se rajouter avec les pluies de la nuit, l’autre qui s'avérait être le seul échappatoire. Du coup, on part visiter Salta avec beaucoup d’interrogations et de flous. 
 
 
Cette dernière, la plus grande ville de la région, figure parmi les plus jolies cités coloniales du pays. D’ailleurs, les argentins la surnomment ‘la linda’ ou la belle. Fondée en 1582 par les espagnols, son architecture a été mieux conservée ici qu’ailleurs en Argentine. La ville grouille de vieilles églises, d’anciens couvents, de magnifiques maisons seigneuriales, de patios 
http://matmonde.cowblog.fr/images/articles2017/tmp3011501057963.jpg
intérieurs agrémentés de puits, de balcons en bois. Elle nous fait vraiment rappeler les villes mexicaines du Yucatan comme par exemple Mérida.
 
 
La plaza 9 de julio, une place aux belles dimensions et ombragée par une multitude de palmiers, est le coeur historique de la ville. En la parcourant, on y découvre notamment le cabildo historico, le plus ancien bâtiment de la ville ainsi que la catedral basilica de Salta. Cette dernière, classée monument national argentin, 
http://matmonde.cowblog.fr/images/articles2017/tmp3011932959409.jpg
impose par sa stature, ses ornements et ses couleurs blanches et roses.
 
 
On nous a fortement recommandé le musée Arqueologia de Alta Montana. Il retrace une expédition qui a permis d’exhumer trois momies (une d’une adolescente de 15 ans, une d’une fillette de 6 ans et une d’un petit garçon de 7 ans) sur le volcan Llullaillaco (à 480 km de Salta ) à 6 739 m qui en fait le site archéologique le plus haut du monde. Un aspect triste et inhumain de la culture du peuple inca. Ces derniers sacrifiaient de jeunes enfants de haute lignée en offrande propitiatoire afin d’assurer au peuple la fécondité et à la terre la fertilité. Les hauts sommets de la cordillère des andes, considérés comme sacrés, étaient des lieux tout trouvés pour ces affreux rites. Avant cela, les enfants étaient emmenés à la capitale Cusco au Pérou où ils étaient placés au centre d’une grande cérémonie avant de repartir chez eux (un long trajet qui pouvait durer plusieurs mois). De retour sur leurs terres, ils étaient de nouveau fêtés puis emmenés dans les montagnes. Là, on les nourrissait et abreuvait d’importantes quantités de chicha, une boisson alcoolisée à base de maïs fermenté, avant de les ensevelir parfois vivants, parfois morts par strangulation ou frappés d’un coup mortel à la tête. Le froid, la faible pression atmosphérique, l’absence d’oxygène et de bactérie sur le volcan Llullaillaco a permis une parfaite conservation des momies. 
http://matmonde.cowblog.fr/images/articles2017/tmp30111099749100.jpg
Cependant, une autre grosse déception de la journée : le musée est fermé le lundi. Du coup, étant donné que nous reviendrons à Salta un vendredi dans une dizaine de jours, la visite de ce dernier sera donc au programme ultérieurement.
 
 
On opte finalement pour se diriger vers un parc à l’est de la ville d’où un téléphérique permet d'accéder au sommet du cerro San Bernardo. De nombreux bassins se déversant les uns dans les autres forment des cascades dégageant un sentiment de 
http://matmonde.cowblog.fr/images/articles2017/tmp30111716279882.jpg
sérénité. La magnifique et paisible vue sur Salta vient renforcer cette sensation. 
 
 
Après différentes courses pour notre futur road trip (réchaud, assiettes, couverts, saladier …) et quelques instants de repos à notre auberge, nous terminons notre journée ou plutôt notre soirée dans une peña. Ici, on y vient pour manger, boire mais surtout pour écouter du folklore local. L’ambiance y est exceptionnel. La dextérité des danseurs avec des mouvements 
http://matmonde.cowblog.fr/images/articles2017/tmp30111771259288.jpg
hyper toniques notamment des jambes et des pieds s’avère impressionnante. La plupart des clients étant argentins, ils connaissent et donc reprennent en coeur les chansons entraînantes de la région. On a bien sympathisé avec nos voisins de table un couple de Buenos Aires. Ils nous ont donné pleins d'explications sur la vie en Argentine. Nous n'avons pas vu le temps passé et nous sommes rentrés à 2 heures du matin. 
 
 
Le réveil s’annonce donc difficile car le départ de notre road trip dans la région de Salta est prévu aux alentours de 8 heures. 
]]>
Sat, 21 Jan 2017 03:52:00 +0100http://matmonde.cowblog.fr/salta-la-belle-point-de-depart-pour-un-road-trip-dans-le-nord-ouest-argentin-3277653.html
Syndrome de Pinch-off une complication rare 

Syndrome de Pinch-off



Le syndrome de pincement * pinch -off * se produit lorsqu'un cathéter veineux sous-clavier est comprimé entre la clavicule et la première côte. Ceci peut résulter en une obstruction transitoire du cathéter jusqu'à une transsection complète et  une embolisation du cathéter .

une femme de 63 ans atteinte d'une tumeur du sein qui a subi le placement d'un cathéter a chambre implantable * Port-A-Cath * au niveau de la veine sous-clavière droite.
Neuf mois aprés le placement du port , Lors de la dernière administration de la chimiothérapie ( 8 eme cure ) , on a observé un gonflement et une douleur dans les tissus autour du cathéter ,
Une radiographie du thorax face montre une chambre et le cathéter en place
http://benzedira.cowblog.fr/images/20170119145540-copie-1.jpg


MAIS 

L'injection de produit de contraste dans le port a révélé une fracture du cathéter au site de gonflement avec une extravasation de contraste au niveau du site de fracture ( cercle rouge ) .

http://benzedira.cowblog.fr/images/20170119145510n.jpg

]]>
Fri, 20 Jan 2017 23:53:00 +0100http://benzedira.cowblog.fr/syndrome-de-pinch-off-une-complication-rare-3277652.html
La mémoire des embruns, Karen Viggers








Titre
: La mémoire des embruns
Auteur: Karen Viggers
Genre: Drame










Quatrième de couverture: Mary est âgée, sa santé se dégrade. Elle décide de passer ses derniers jours à Bruny, île de Tasmanie balayée par les vents où elle a vécu ses plus belles années auprès de son mari, le gardien du phare. Les retrouvailles avec la terre aimée prennent des allures de pèlerinage. Entre souvenirs et regrets, Mary retourne sur les lieux de son ancienne vie pour tenter de réparer ses erreurs. Entourée de Tom, le seul de ses enfants à comprendre sa démarche, un homme solitaire depuis son retour d'Antarctique et le divorce qui l'a détruit, elle veut trouver la paix avant de mourir. Mais le secret qui l'a hantée durant des décennies menace d'être révélé et de mettre en péril son fragile équilibre.
Une femme au crépuscule de sa vie, un homme incapable de savourer pleinement la sienne, une émouvante histoire d'amour, de perte et de non-dits sur fond de nature sauvage et mystérieuse.
 
Mon avis: Ce livre a été ajouté à ma wish parce qu'il m'avait l'air si beau ... Et puis c'est ma coupine Claire qui l'a tiré au sort pour mon challenge pioche alors c'est parti !

Au commencement, une lettre mystérieuse d'un homme, donnée à une femme, Mary. Dès la fin du chapitre notre imagination nous révèle son contenu mais très vite, on l'oublie. Parce que La mémoire des embruns est à lire pour ses personnages. On entre dans leurs vies intimes. Principalement celles de Mary et de son fils, Tom. Et on s'y attache, on les aime. C'est le genre de livres qu'on lit presque que pour les personnages.
On fait leur introspection. Et on les voit vivre, grandir. C'est eux qu'on suit. Sans réel histoire de fond. Juste eux.
Certains sont encore vivants, d'autres ne sont plus là. Certains sont au premier plan, d'autres un peu plus lointain mais tous ont leur place. 
Les personnages sont rarement aussi approfondis dans un livre, aussi creusés. Et j'ai apprécié ce travail, cet approfondissement. 
Et même si j'ai fini par ne pas le lire comme un roman classique, avec une trame, j'ai accepté de me rapprocher d'eux et de les suivre dans leurs vies privées.

Et tout ceci dans un décor à couper le souffle. On ressent le vent, on voit ces opossums. Et on s'y croirait, sur cette île, en haut de ce phare.

J'ai adoré cette application. Prendre le temps de décrire un décor, de créer ses personnages. Je me suis sentie si proche d'eux. Tom m'a agacé, dans ses choix et sa façon de voir les choses. Mais peut être me ressemble-t-il trop ?
Mary m'a émue. Cette mère sensible et touchée dans son intégrité de femme.

C'est un livre touchant, où tous les sentiments se mêlent pour donner une saveur unique à son contenu.
 
Prochaine lectureLa fille du train, Paula Hawkins
]]>
Fri, 20 Jan 2017 22:43:00 +0100http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/la-memoire-des-embruns-karen-viggers-3277651.html
GrandirAu sortir de leur bulle aquatique
ils sommeillent dans la nuit sans silence
au lendemain du levé de leurs voiles s' étendent les couleurs sur le monde

quand la vue mise au point se fait nette
ils se sentent bien petits au milieu de géants
oh mon dieu c'est si grand par ici
que tout semble vraiment débordant

les yeux brillent enchantés de la vie
leurs oreilles sont toutes ouïes sur les mots que l'on dit

puis le jour où chacun devient grand
le temps l'espace comme les choses
en conscience pas à pas deviennent bien petits
alors en eux bien à pris la leçon de la vie
inutile de courir reste calme et puis jouis
]]>
Fri, 20 Jan 2017 20:50:00 +0100http://wattie.cowblog.fr/grandir-3277650.html
POEME "un quartier de mer" 2012
Un quartier de mer  (2012)

C'est un quartier de mer
un quartier visible
où les vagues dansent
en de tendres rouleaux

c'est un quartier de mer
un quartier paisible
en son élégance
son calme, sur les eaux

c'est un quartier de mer
aux vies aquacoles
quartier résidentiel

c'est un quartier, sans terre
à l'aquatique sol
et la vue, sur le ciel


(déposé à la Sacem)


http://autresrimes.cowblog.fr/images/cieleclaircie.jpg
]]>
Wed, 18 Jan 2017 10:04:00 +0100http://autresrimes.cowblog.fr/poeme-un-quartier-de-mer-2012-3277647.html
Le conte des milles et une mémoire

 


J'écris au nom de tous les jeunes que vous avez rendu malades, fous, désespérés, conditionnés à vivre dans l'espace cloisonné et absurde que vous subissez. 

 

Nous - habitants de la planète Terre, nés d'humains résultants de quelques siècles d'humanité - refusons de porter le poids de votre passé. Nous, jeunes citoyens du monde après quelques années d'éducation forcée, refusons d'être les symptômes de vos familles brisées. Nous refusons vos trous béants de souffrances. Nous refusons vos ego. Nous refusons vos dettes.

 

Ce n'est pas notre faute.

 

Ce n'est pas ma faute et expliquez-moi je vous prie, pourquoi je me sens coupable d'avoir été à l'école si facilement ? d'avoir une maison si chaude et solide ? une assurance pour tous les coups durs des années à venir ? Pourquoi il me semble absurde d'avoir un mobile qui vous rassure et de culpabiliser quand je ne réponds pas à toute heure : "Oui ça va, non je ne suis pas victime de violence". Pourtant la violence de ce que je constate est quotidienne.

Ce n'est pas ma faute si comme tous les organismes vivants je suis née dépendante de vos existences. J'ai fait tout ce que vous m'avez demandé, j'ai appris tout ce que vous m'avez demandé d'apprendre : marcher, parler, être poli, compter, prier, écrire, conduire, étudier, cuisiner, soigner, construire, économiser, vivre. Parfois un peu malgré vous et votre rationalité efficace, j'ai appris à réfléchir, à aimer, à sentir, à crier, à me battre aussi.

 

Pour cela, je vous remercie de m'avoir fait le grand cadeau qu'est la vie. Je vous remercie même si vous l'avez fait pour vous, ou pour qu'il y ait prolongation du grand match "humain contre univers", ou juste parce que le temps d'un instant au fond d'un lit, vous êtes redevenu un animal sans histoire.


 

 

Il n'empêche que cette histoire que vous portez, vous nous l'avez transmise depuis ce premier jour où votre regard s'est posé sur nous, mais aussi dans nos formes car nous sommes malades. Nous sommes une génération malade. Notre corps ne peut se défendre seul car vous avez pallié à toutes ses faiblesses, prévenu toutes ses imperfections ; il ne peut pas non plus s'adapter car vous nous avez appris à avoir peur du reste : du dehors, de nous-mêmes, des autres, et cela nous a rendu immobiles.

 

Vous nous avez hantés avec vos guerres, cette obsession pour une liberté que vous n'aurez jamais, vos luttes pour la survie du Royaume, de l'Empire, de la République. Vous nous avez hantés avec vos combats pour l'avenir, ces espoirs pour vos proches, un héritage que nous n'avons pas à revendiquer. Vous nous avez hantés avec vos efforts pour trouver et garder cet emploi tant espéré et qui vous délivrerait du sort que vos parents vous ont tristement offerts.

 

Vous nous avez traumatisés.

 

Nous n'avons pas la place de grandir cette histoire, elle est déjà trop grande. Nous n'avons pas les armes pour la tuer, elle est déjà trop sanguinaire. Nous n'avons pas de drogues pour oublier, elle n'est déjà plus rationnelle. Nous n'avons de silence pour créer que ce bruit dont vous polluez nos oreilles. Nous n'avons pas. Nous avons seulement ce que vous avez eu - en pire-, et rien de ce que nous aurions pu avoir. Maintenant nous allons devoir prendre.
Comment pourrions-nous être la réponse à tous vos problèmes ? Comment osez-vous nous aimez si mal en nous condamnant de ne pas vouloir afficher des banderoles, des drapeaux, des chansons défendant vos idées ? Considérez notre situation et dites-vous bien que nous ne sommes pas votre solution, nous ne sommes pas le futur salvateur de votre société suicidaire. Ecoutez cette plainte qui murmure : nous sommes incapables et refusons d'être le réceptacle de vos attentes, de vos angoisses, de votre vanité.



Nous refusons ce rôle dans le conte des milles et une mémoire.



Je suis une jeune fille que vous avez conçue et je vous supplie de me laisser tranquille ou de finir de me tuer : vite, abrégez ma douleur !

 

Hélàs vous et moi sommes des animaux ; nos instincts nous empêchent de tuer à grande échelle ceux que vous considérés êtres humains ; par conséquent vous n'avez pas d'autre solution que de conclure cette prise d'otage sur ma vie ou me regarder agoniser dans la peur. Au fond de moi je sens que vous allez continuer comme vous l'avez toujours fait : vous allez poursuivre dans les miasmes de nos ancêtres, manquer de courage, ne pas affronter cette souffrance, condamner mes fuites, juger nos rebellions, sourire de vous y reconnaître. Je continuerai car vous m'avez appris à y croire, à inventer du sens quand il manque. Je continuerai et s'il fallait tout perdre, je n'aurais que du rien à regretter.

Je n'abandonne pas car je suis cet animal qui tend à se préserver mais aussi car nous, jeunesses, sommes en puissance des milliards, en réalité peut-être très peu. Et oui j'assume ce fait terrible pour votre petite histoire : le terrorisme est dérisoire face à cette vertigineuse question. Le terrorisme est une guerre de plus dont nous devons affronter les effets sans comprendre. Et même si vous nous avez éduqués à le fuir, bientôt vos forces républicaines, vos gardiens de la paix, proclameront avec fierté et sous vos applaudissements qu'ils ont "neutralisé" les terroristes – mais où sont passés les signes précurseurs ?

Au noms de tous les jeunes malades, je vous supplie de nous délivrer de tout vos maux. Je vous demande de nous laisser être responsables à présent, de nous abandonner un espace où créer, au sein duquel apprendre de nos erreurs. Parmi vos mots je choisi ceux-ci : j'appelle à manifester pour un nouveau droit, celui pour les jeunes - malades ou non - de donner la possibilité aux jeunes qui viendront peut-être d'obtenir l'innocence que vous nous avez confisquée. Nous réclamons la cécité et d'une manière ou d'une autre si vous ne nous la donnez pas, nous allons nous rendre aveugles, sourds et stériles. Au terme de ces vingt-deux années passées à vos côtés, je refuse d'enfanter. A quoi voudrais-je exposer davantage de violence et de répression ? A qui pourrais-je offrir des années supplémentaires de cette mauvaise foi collective et douloureuse ? Pour cette non-fin que je vous impose, vous allez me blâmer. Je demeure recroquevillée mais vous emmerde, vous qui vous appelez réalistes et ne réalisez qu'absurdités.




Nous refusons d'assumer votre futur. Nous avons seulement le choix de cette volonté là, et vous de la respecter ou non.






]]>
Wed, 18 Jan 2017 02:37:00 +0100http://des-photos-parmis-tant.cowblog.fr/le-conte-des-milles-et-une-memoire-3277646.html
Déjeuner de Noël 2016les préparatifs dans une ambiance sympa
http://lescompagnons.cowblog.fr/images/DEJNOELlapreparationpastriste.jpghttp://lescompagnons.cowblog.fr/images/DEJNOELdebellestablees.jpgdes tables bien apprêtéeshttp://lescompagnons.cowblog.fr/images/DEJNOELlasalleestOK.jpgla joie d'être làhttp://lescompagnons.cowblog.fr/images/DEJNOELFunejoiepartagee.jpg Le déjeuner de Noël a été un très bon moment de joie partagée et de solidarité entre générations. 
Le moment s'est prolongé par des chansons et de la musique (accordéon).http://lescompagnons.cowblog.fr/images/DEJNOELdebellestables.jpg]]>
Tue, 17 Jan 2017 10:15:00 +0100http://lescompagnons.cowblog.fr/dejeuner-de-noel-2016-3277643.html